Page d'accueil rinnovamento.it en page d'accueil
Liste Articles: [0-A] [A-C] [C-F] [F-J] [J-M] [M-P] [P-S] [S-Z] | Liste Catégories | Une page au hasard | Pages liées

Adolf Hitler

Adolf Hitler
Agrandir
Adolf Hitler

Adolf Hitler (20 avril 1889 - 30 avril 1945) est le dirigeant du Parti nazi à partir de 1919 puis devient dictateur de l'Allemagne de 1933 à 1945.

Largement reconnu comme un orateur et propagandiste hors-pair, il a inspiré et mobilisé de nombreux partisans. Il est nommé Reichskanzler (Chancelier de l'Empire) le 30 janvier 1933 et assume la double fonction de Führer et Reichskanzler (Guide et Chancelier de l'Empire) après la mort du président Hindenburg le 2 août 1934. Sous sa direction, l'Allemagne entame une politique d'invasions successives qui conduira à la Seconde Guerre mondiale, puis entame une persécution systématique des handicapés, Tziganes, homosexuels, etc. puis spécifiquement de la communauté juive, qui deviendra pendant les hostilités la Shoah, organisation systématique de massacres et tentative de génocide qui fit périr plusieurs millions de personnes.

Sommaire

Jeunes années

Adolf Hitler voit le jour le 20 avril 1889 à Braunau am Inn, une petite ville de Haute-Autriche à la frontière austro-allemande. Il était le quatrième de cinq enfants, fils de Aloïs Hitler et Klara Polzl.

Hitler est né dans une famille de douaniers. Son père, Aloïs (né en 1837), était un enfant illégitime et porta un certain temps le nom de sa mère, Schicklgruber, mais en 1876 il parvint à obtenir le droit d'utiliser le nom Hitler. Adolf n'utilisa jamais d'autre nom, et Schicklgruber ne ressurgit que chez ses opposants politiques en Allemagne et en Autriche dans les années 1930.

Son enfance se passa sous la stricte discipline de son père, fonctionnaire retraité. Adolf lisait des livres de James Fenimore Cooper et Karl May. Le 3 janvier 1903, le père d'Hitler meurt, suivi le 21 décembre 1907 par sa mère.

Hitler échoua par deux fois à devenir étudiant à l'Académie des Beaux-Arts de Vienne en 1907. Il développa un intérêt particulier pour l'architecture. Il exerça ensuite différents emplois, mais jamais assez longtemps pour échapper à la pauvreté et vécut dans la rue, travaillant comme peintre de rue et mangeant dans les soupes populaires.

Il passa un certain temps dans la galerie du public au Parlement autrichien. Il écrivit plus tard que ce qu'il y avait observé développa son mépris pour la démocratie et pour ce qu'il voyait comme une domination contaminatrice par les Juifs au Parlement et dans la société. Il cultiva aussi son amour pour le germanisme, et observa la manière dont les activités politiques influençaient les masses.

Au printemps 1913, afin d'éviter l'enrôlement dans l'armée autrichienne, il s'enfuit à Munich et vécut en vendant des peintures de paysages à des marchands locaux. Sa tentative d'échapper à la conscription fut remarquée, mais après avoir échoué à un examen médical lors de son retour en Autriche, il fut libéré et retourna à Munich.

Engagement dans la guerre et la politique

En 1914, exalté par l'entrée de l'Allemagne dans la Première Guerre mondiale, Hitler s'engagea comme volontaire dans le 16e régiment d'infanterie bavarois et se battit sur le front Ouest. Hitler était un soldat enthousiaste, parfois à la consternation de ses compatriotes. Il était apprécié par ses pairs et supérieurs, mais son manque de sens de l'humour était patent. Plus tard, beaucoup de ses camarades devinrent des Nazis. Il fut blessé une première fois à la cuisse, puis aveuglé temporairement par une attaque au gaz moutarde à la fin de la guerre. Le caporal Hitler se vît décerner la Croix de fer, Première Classe (une distinction rarement accordé à un soldat engagé) pour avoir accompli le dangereux transport d'une dépêche en 1918.

La guerre s'arrêta alors que Hitler était à l'hôpital, se remettant de ses blessures dues au gaz. Il fut anéanti par la nouvelle de la capitulation allemande et pleura. À sa sortie de l'hôpital, il retourna dans son régiment de Munich. La Bavière était entre les mains d'un gouvernement révolutionnaire, la Räterepublik ; sa caserne était dirigée par un conseil élu, auquel il accéda. Après la suppression du gouvernement révolutionnaire, Hitler resta dans l'armée et devint un propagandiste chargé de réendoctriner les troupes. Il fut remarqué pour ses talents dans cette activité et, à la demande de l'armée, rejoignit un petit parti politique, le Parti des Travailleurs Allemands (Deutsche Arbeiterpartei), qui devait devenir le Parti nazi NSDAP : Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei (« Parti National Socialiste des Travailleurs Allemands »).

En avril 1919, pendant qu'il était toujours à l'armée, il devint le chef de ce parti. Du fait de ses talents d'organisateur et d'orateur, le parti gagna une popularité croissante.
Les 8 et 9 novembre 1923, il fut impliqué dans le coup d'État avorté connu comme le Putsch de la brasserie. Il fut accusé de trahison contre l'État, condamné le 1er avril 1924 à une peine de prison de cinq ans et emprisonné à Landsberg. Pendant sa retenue, il écrivit son manifeste politique : Mein Kampf (mon combat). Après neuf mois, il fut amnistié et sortit de prison le 20 décembre 1924. Il reconstruisit bientôt son parti et gagna de nouveau une immense popularité.

L'accession au pouvoir

Voir Les origines et le commencement de la Seconde Guerre mondiale pour plus de détails.

Hitler devint Chancelier de la République de Weimar en janvier 1933 à l'occasion de la grande crise économique, aidé par les rivalités à droite déchirant l'entourage du président Hindenburg, en particulier l'ancien Chancelier Franz von Papen et le Parti Populaire National Allemand (DNVP), dirigé par le magnat nationaliste de la presse Alfred Hugenburg. Papen et Hugenburg avaient espéré utiliser sa popularité pour atteindre le pouvoir. Une fois en place, il mit en route ce que l'on appela la « prise légale du pouvoir » (Gleichschaltung). L'incendie du Reichstag du 27 février fut exploité afin de limiter drastiquement les libertés civiles.
Hindenburg ayant accepté de nouvelles élections, Hitler les remporta en mars 1933 avec 44% des suffrages. Le 23 mars, le Reichstag vota la Loi d'habilitation (Ermächtigungsgesetz) qui donnait à Hitler des pouvoirs dictatoriaux, au-dessus de la législation. Hitler utilisa ces pleins pouvoirs pour interdire tous les syndicats, ainsi que les autres partis politiques.

Pendant l'été 1934, il fit tuer plusieurs de ses camarades de parti et de ses vieux ennemis politiques durant la Nuit des longs couteaux. Ernst Röhm était parmi eux : il était détesté par les militaires en tant que chef des SA et avait des plans politiques beaucoup plus radicaux que les conservateurs alliés à Hitler, son homosexualité supposée servant de prétexte supplémentaire.

La mort de la République de Weimar intervint ironiquement avec la mort de son Président, Hindenburg, car par une mesure désastreuse, la constitution précisait que, en cas de décès du Président, cette dignité (et ses pouvoirs considérables) devait être assurée temporairement (en théorie) par le Chancelier. De cette façon, la mort d'Hindenburg donna à Hitler un accès parfaitement légal et constitutionnel aux pouvoirs du Président, incluant le commandement suprême des forces armées. Trois heures avant la disparition de Hindenburg le 2 août 1934, le Reichstag avait passé une loi confondant les deux fonctions en une seule, appelée Führer und Reichskanzler, qui devait prendre effet à la mort du Président. En quelques années, il réussit à consolider ses pouvoirs dictatoriaux par la voie parlementaire.

Sa popularité précoce provenait de sa ferme opposition au Traité de Versailles (qu'il viola d'ailleurs le 16 mars 1935 en ordonnant le réarmement de l'Allemagne) et de ses succès initiaux dans la reprise économique. Ses opposants allemands, les Juifs, les démocrates et les communistes, durent fuir le pays ou furent poursuivis et plus tard tués dans des camps de concentration. Plus tard, il s'avéra être un commandant des forces armées erratique et imprévisible, souvent dédaigneux de l'opinion de généraux et maréchaux expérimentés.

Sous la direction d'Hitler, utilisant la séduction d'une race supérieure nordique à laquelle lui et la plupart de ses comparses les plus proches ne correspondait pas, l'Allemagne commença par inclure les régions voisines à population germanique comme l'Autriche et les Sudètes mais lorsque ce fut le tour de la Pologne partagée avec les soviétiques la France et le Royaume Uni enclenchèrent la Seconde Guerre mondiale. Cette vision entraîna en outre une tentative d'extermination systématique des autres peuples - en particulier les Juifs -appelée plus tard Holocauste ou Shoah, dans laquelle 5 à 10 millions de gens furent tués. Les autres catégories abhorrées étaient les Tsiganes dont 600 000 à 2 millions furent assassinés (environ 70% de leur population présente dans les zones contrôlées par les Allemands), les homosexuels (dont beaucoup finirent dans les camps d'extermination) et les Slaves, qui étaient considérés comme une race inférieure destinée à être partiellement exterminée et partiellement réduite en esclavage. Il provoqua des bombardements sur les villes que les alliés imitèrent.

Le 20 juillet 1944 il ne fut que blessé dans une tentative de coup de généraux qu'il réprima durement.

Convaincu que si l'Allemagne ne pouvait pas gagner la guerre elle ne devait plus exister, Hitler ordonna le 19 mars 1945 que tous les industries, installations militaires, magasins, moyens de transport et de communications allemands soient détruits. Ces ordres furent amorti par ses subalternes.

Après que l'Armée rouge soviétique fut parvenue a Berlin, Adolf Hitler, malade, se suicida avec Eva Braun (qu'il venait d'épouser deux jours auparavant) le 30 avril 1945, dans le Führerbunker (bunker du Guide).

Dans le testament qu'il laissa, il écarta les autres dirigeants nazis et désigna l'amiral Karl Donitz comme successeur.

Interprétation psychanalytique

Dans son livre de 1983 Am Anfang war Erziehung (C'est pour ton bien), Alice Miller avance une explication des comportements violents de Hitler par ses traumatismes infantiles.

Sa mère avait épousé un homme plus vieux qu'elle de 23 ans qu'elle appelait « oncle Aloïs » ; ses trois enfants moururent en quelques années autour de la naissance d'Adolf, amenant ce dernier à être surprotégé. Il était régulièrement battu et ridiculisé par son père ; un jour qu'il avait essayé de fuir la maison, il fut presque battu à mort. Adolf haït son père durant toute sa vie et on a rapporté qu'il faisait des cauchemars à son sujet à la fin de son existence. Lorsque l'Allemagne nazie occupa l'Autriche, Hitler fit détruire le village où son père avait grandi.

Durant la vie d'Hitler (et celle de son père), il y eut des rumeurs sur le fait que son grand-père paternel ait été Juif (sa grand-mère ayant été servante dans une famille juive, qui paya plus tard une pension pour son fils) ; cela aurait été une grande honte dans le climat d'antisémitisme de cette époque. Cette insécurité est corrélée avec l'ordre ultérieur d'Hitler que chaque Allemand prouve la non-existence d'ancêtres juifs jusqu'à la troisième génération.

Descriptions et représentation culturelles

Hitler était-il socialiste ?

Son parti se nommait en effet Parti National-socialiste des travailleurs allemands ce qui fit considérer Hitler par certains milieux comme socialiste. Toutefois, cette appartenance au socialisme ne semble pas justifiée : Hitler n'a pas par exemple accompli de programme de nationalisations.

Deux regards sur Hitler

Hitler possède un pouvoir magnétique sur les foules; qui découle de la foi en une mission qui lui aurait été confiée par Dieu. Il se met à parler sur le ton de la prophétie. Il s'agit sur l'impulsion et rarement sous l'empire de la raison. Il a l'étonnante faculté de rassembler les points essentiels d'une discussion et de lui donner une solution. Une forte intuition lui permet de deviner la pensée des autres. Il sait manier avec habileté la flatterie. Sa mémoire infaillible m'a beaucoup frappé. Il connait par cœur des livres qu'il a lus. Des pages entières et des chapitres sont photographiés dans son esprit. Son goût des statistiques est étonnamment développé : il peut aligner des chiffres très précis sur les troupes de l'ennemi, les diverses réserves de munitions, avec une réelle maestria qui impressionne l'état-major de l'Armée. (Rommel, patriote et homme de guerre allemand, n'en est pas pour autant nazi et est même soupçonné par Hitler d'avoir trempé dans un complot visant à l'éliminer. Mais il est aussi très populaire dans le pays, peut-être davantage qu'Hitler. Celui-ci le fera donc obliger à se suicider, pour lui ménager ensuite des funérailles nationales!

Aspects énigmatiques du personnage

Bibliographie

Wikisource

Voir aussi

Allemagne nazie ~ Nuit de cristal ~ Mein Kampf - Prescott Bush




This site support the Wikimedia Foundation. This Article originally from Wikipedia. All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License Page HistoryOriginal ArticleWikipedia