Page d'accueil rinnovamento.it en page d'accueil
Liste Articles: [0-A] [A-C] [C-F] [F-J] [J-M] [M-P] [P-S] [S-Z] | Liste Catégories | Une page au hasard | Pages liées

Bouddhisme


Si certains caractères de cet article s'affichent mal (carré vides, points d'interrogation...), consultez la page Unicode.


दिसो दिसं यं तं कयिरा वेरीवा पन वेरिनम् ।
मिच्छापनिहितं चित्तं पापियो नं ततो करे ॥

Diso disaṃ yaṃ taṃ kayirā verī vā pana verinam,
Micchāpanihitaṃ cittaṃ pāpiyo naṃ taṃ kare.
Quel que soit le mal qu'un ennemi fasse à un ennemi ou un haineux à un haineux,
Un cœur mal dirigé fait un mal encore plus grand.

(Dhammapada, « Cittavaggo tatiyo » [Versets sur le cœur], verset 42)


image:Palette spi inde.jpg
Cet article fait partie de la série
Spiritualités Indiennes
Religions
Brahmanisme
Hindouisme
Jaïnisme
Bouddhisme
Sikhisme
Voir aussi
Déités du monde indien
Articles connexes
Religions de l'Inde
Villes saintes de l'Inde
Juifs en Inde ~ Islam
Méta
Portail Monde indien
Index alphabétique
Index thématique
Page projet

Le bouddhisme est l'une des grandes religions orientales, née en Inde au VIe siècle avant notre ère. Elle est fondée sur un triple socle appelé les Trois Joyaux : les bouddhistes déclarent prendre refuge dans le Bouddha (le fondateur du bouddhisme), dans le Dharma (la doctrine du Bouddha) et dans le Saṅgha (la communauté des croyants).

Sommaire

Le Bouddha

image:Bodnath2.jpg

Voir l'article Bouddha.

À l'origine, le bouddhisme n'est pas une philosophie mais une « leçon de choses » (Dhamma), l'enseignement de la réalité, un exposé des faits, de la souffrance et de sa cessation. Il devient par la suite une philosophie et dans certaines écoles une religion, considérée aujourd'hui comme une science de l'esprit, inspirée par les enseignements de celui que l'on nomme le « Bouddha historique », un chef spirituel qui vécut au Ve siècle avant notre ère (les années de sa naissance et de sa mort, ou parinirvāṇa, ne sont pas claires ; il aurait vécu à peu près quatre-vingts ans, mais les traditions ne s'accordent pas : dans les pays de tradition pāḷi, la plus ancienne, les dates de 624-544 sont vraisemblables). De son vrai nom Siddhārtha Gautama de la famille Śākya (Siddhârtha Gautama, dit « Shakyamuni », sage des Śākya ; en pāḷi : Siddhattha Gotama), il serait né à Kapilavastu (Uttar Pradesh), de la reine Māyā et du roi Śuddhodana, dans une famille de kṣatriya (caste des nobles-guerriers).

La vie du Bouddha est riche en légendes décrivant des miracles, des apparitions divines. Il n'est cependant pas possible de nier qu'une guide spirituel nommé Siddhārtha Gautama ait existé. Le monde hindouiste, à cette époque, était agité par d'importantes dissensions philosophiques et spéculatives ; c'est d'ailleurs à ce moment que le jainisme a fait son apparition. Le bouddhisme est d'ailleurs fortement empreint d'hindouisme, duquel il a adopté nombre de concepts (en les modifiant sensiblement parfois), comme le cycle des réincarnations, saṃsāra, ou encore la loi de rétribution des mérites et fautes accomplies au cours du cycle, le karma. Le Bouddha souligne bien qu'il n'est ni un dieu, ni le messager d'un dieu, et que son système de pensée n'a pas d'origine divine, mais qu'il est plutôt axé sur la compréhension de la nature de l'esprit humain, lequel pourrait être redécouvert par toute personne par ses propres moyens et par l'expérience; le bouddhisme des origines niait même la création du monde par les dieux, la notion d'âme, la rédemption ou la révélation. Aujourd'hui, certains courants du bouddhisme considère ces concepts comme samsariques, puisque duels, et donc non-contradictoires avec la réalité ultime (non duelle).

Le Dharma, ou les préceptes fondamentaux de l'enseignement du Bouddha

Les trois racines du mal, ou « trois poisons »

Le Bouddha estimait que les causes de la souffrance humaine proviennent de l'incapacité à percevoir correctement la réalité. Cette ignorance (qui, aussi curieux que cela puisse paraître, est une émotion) et les illusions qu'elle provoque conduisent à l'avidité des hommes, à leur désir de posséder davantage que les autres, à l'attachement et à la haine éprouvés pour des personnes ou pour des choses.

Les trois caractéristiques de l'existence

Ces 3 caractéristiques sont universelles, et connues une fois développée la vision directe de la réalité (vipassana). Pour ce faire, il faut suivre un entraînement au développement de notre vigilance (satipatthana). L'être humain n'est donc pas une chose en soi, une entité indestructible contenant une étincelle divine (malgré l'illusion qu'ils en ont), mais la composition impermanente des cinq agrégats que sont la forme (ou corporéité), les sensations, les perceptions, les formations mentales et la conscience. Ces agrégats (skandhas) sont impermanents car soumis eux aussi à la « production conditionnée » (pratîtya-samutpâda), théorie selon laquelle tout a une cause et une conséquence. Pour les bouddhistes, le moi n'est donc que vacuité (shûnyatâ). A noter que Nibbaena échappe aux caractéristiques de souffrance et d'impermanence. A contrario, il n'est pas un « en soi ».

Les renaissances

A cause des trois poisons d'une part, et de la production conditionnée d'autre part, les hommes sont amenés à renaître dans le samsâra (le cycle des renaissances). L'espèce dans laquelle ils renaîtront dépendra de leur karma, c'est-à-dire de leurs actions. Cette renaissance ne fait donc que prolonger indéfiniment la souffrance (« n'en avez-vous pas assez de gorger les cimetières ? » dit un texte). À noter que conformément au non-soi, ce n'est ni le même, ni un autre qui renaît (ce n'est pas, comme dans d'autres religions, une âme immortelle qui se « réincarne »). Le Bouddha propose de se réveiller de ce cauchemar, de chasser les nuages de la confusion et de l'illusion pour être illuminé par la réalité. Ainsi, la souffrance et le cycle karmique seront brisés. Il définit le but ultime de son enseignement comme étant « la délivrance », le « dénouement », « la libération de la souffrance » ou nirvāṇa.

Les quatre nobles vérités

La voie pour y parvenir repose sur les quatre nobles vérités (cattāri ariyasaccāni), et le noble sentier octuple (ariyāṭṭaṅgika magga).

  1. dukkha : toute vie implique la souffrance ;
  2. samudaya : l'origine de cette souffrance repose dans les attachements
  3. nirodha : la fin de la souffrance est possible (nibbaena);
  4. magga : ce chemin est la voie médiane, qui suit le noble sentier octuple.

Le noble sentier octuple

Le noble sentier octuple est la voie qui mène à la cessation de la souffrance (dukkha). Il est aussi appelé Le Sentier du Milieu car il évite soigneusement les deux extrêmes qui sont la poursuite du bonheur dans la dépendance du plaisir des sens et la poursuite du bonheur dans la pratique ascétique et de mortification.

Le Bouddha ayant experimenté ces deux extrêmes, découvrit par expérience le noble sentier qui donne vision et connaissance, qui conduit au calme, à la vision profonde, au nirvāṇa.

Le sentier comporte huit catégories regroupées en trois disciplines :

1) la sagesse (prajnâ):

2) la moralité, ou la discipline (shîla)

3) la méditation, ou la concentration (samâdhi)

La dernière étape du chemin est la sagesse, elle consiste en une vision directe de la réalité (vipassana) obtenu par un entraînement intensif au développement de notre vigilance, notre attention, notre présence d'esprit (satipatthana). Il ne s'agit pas d'une pratique, d'une croyance ni d'un effort, mais plutot de l'effort minimal et naturel : porter notre attention sur les phénomènes physiques et mentaux des leur apparition, tant qu'ils durent et jusqu'à ce qu'ils cessent, c'est-à-dire les « noter ». En résulte la vision directe des 3 caractèristiques.

Les quatre attitudes vertueuses

Les cinq préceptes éthiques

Les cinq préceptes sont généralement présentés sous leur forme négative :

Ils ont aussi une forme positive, ici à la première personne :

Les trois corps (ou kayas) de Bouddha

Les cinq sagesses

Voir article ici

L'éveil (bodhi)

Pour les theravadins, l'éveil est la compréhension parfaite et la réalisation des quatre vérités (il s'agit de se réveiller du cauchemar à répétition des renaissances successives) et de faire jaillir la vérité. Pour les adeptes du Mahayana en revanche, l'éveil a plus à voir avec la sagesse et la prise de conscience de sa propre nature de Bouddha. L'éveil permet à l'homme d'entrer dans le nirvāṇa, puis d'atteindre à sa mort le parinirvāṇa(extinction complète). Le cycle karmique est donc brisé à jamais.

Le Saṅgha

Selon les statistiques d'Adherents.com , les évaluations du nombre de bouddhistes oscillent entre 230 et 500 millions, généralement autour 350 millions.

Carte du bouddhisme
Agrandir
Carte du bouddhisme

Depuis la mort du Bouddha, le Saṅgha s'est divisé en de nombreux courants et écoles.

Il y a deux branches principales de bouddhisme : le Hînayana (« Petit Véhicule » ou « Petit Groupe », terme parfois péjoratif ; voir aussi Theravâda) et le Mahâyâna (« Grand Groupe » ou « Grand Véhicule »). Le Theravâda, seule branche du « Petit Véhicule » a avoir survécu, correspond au bouddhisme des origines. C'est le plus répandu au Cambodge, au Sri Lanka, au Myanmar, en Thaïlande, et en Indochine, tandis que le Mahâyâna, forme ultérieure et plus populaire, est plutôt répandu en Chine, au Japon, en Corée, et au Tibet. Le Zen est une des subdivisions les plus connues du Mahâyâna. Le tantrisme tibétain ou Vajrayâna est tantôt cité comme une troisième branche de Bouddhisme, tantôt comme un courant du Mahâyâna.

À la mort du Bouddha, le bouddhisme se sépara en plusieurs écoles (appelées nikâya). Des désaccords ne tardèrent pas à survenir, et furent largement constatés lors du troisième concile (vers 250 avant J.-C.), et menèrent à une scission. Les Anciens (Thera), voulaient rester (ou retourner) au plus près des préceptes du Bouddha, quand leurs opposants, réunis au sein de la Grande Assemblée, cherchaient à se démarquer de ce « conservatisme » et à adapter l'enseignement du Bouddha pour le rendre plus accessible. C'est ainsi que se forma le Grand Véhicule (Mahâyâna), tandis que le mouvement adverse fut appelé (de manière péjorative) Hînayâna. Ce dernier se diversifia encore en différentes écoles, dont une seule existe encore : le Theravâda (ce qui explique qu'on emploie aujourd'hui un terme pour l'autre). Il ne faut cependant pas exagérer la rupture, qui du reste s'est faite progressivement (les deux types de moines habitant souvent les mêmes monastères).

Il existe aujourd'hui un certain nombre de mouvements en Asie et en Occident cherchant à « moderniser » le bouddhisme. Bien que ces minorités soient parfois regardées comme déviant des enseignements réels du Bouddha, d'autres soutiennent qu'elles représentent les pensées et la philosophie d'une quantité considérable de bouddhistes, en particulier les jeunesses bouddhistes habitant en Asie. Les principaux mouvement concernés sont le bouddhisme évangélique et le Véhiculisme universel.

Les textes sacrés

Voir la page Textes du bouddhisme

Personnages importants du bouddhisme

Personnages historiques ou considérés tels

Personnages contemporains

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


30px Bouddhisme 30px

Vocabulaire et concepts · Personnalités · Écoles et sectes · Textes

Chronologie · Temples · Culture · Dans le monde · Index alphabétique




This site support the Wikimedia Foundation. This Article originally from Wikipedia. All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License Page HistoryOriginal ArticleWikipedia