Page d'accueil rinnovamento.it en page d'accueil
Liste Articles: [0-A] [A-C] [C-F] [F-J] [J-M] [M-P] [P-S] [S-Z] | Liste Catégories | Une page au hasard | Pages liées

Densité de population


La densité de population peut être utilisée pour mesurer n'importe quel objet tangible. Cependant, elle est le plus souvent appliquée à des organismes vivants. La densité de population est le plus souvent exprimée en terme d'objets ou d'organismes par unité de surface.

Sommaire

Comment définir la densité de population ?

Il faut tout d'abord noter que la densité de population, selon cette définition, dépend de l'échelle de la surface d'échantillonnage utilisée, et il est difficile de la définir comme une fonction continue à valeur réelle sur la surface en question. Si les objets concernés sont modélisés comme des points discrets, la densité de population connaîtra des sauts alors que le bord de la surface d'échantillonnage passera sur les individus. Considérer les individus comme des objets étendus dans l'espace pose d'autres problèmes dès que l'ordre de grandeur de la surface d'échantillonnage approche celle d'un objet (par exemple, l'échelle d'une personne peut être considérée de la taille du terrain de son lieu d'habitation: pour certaines personnes, cela peut être une surface très grande).

Pour résoudre certains de ces problèmes, la densité de population peut-être considérée, de même que la longueur d'une côte, comme une quantité fractale dépendant de l'échelle.

Densités de population biologique

La densité de population est une mesure biologique courante et est souvent utilisée par les protecteurs de la nature comme une valeur plus appropriée que les nombres absolus. De faibles densités de population peuvent créer une spirale d'extinction, là où de faible densités conduisent à une fertilité de plus en plus réduite. Cet effet est nommé effet Allee, d'après W. C. Allee qui l'a mis le premier en lumière. À titre d'exemple :

1. Des problèmes accrus pour trouver des partenaires dans les zones de faible densité.

2. Un accroissement des unions consanguines dans les zones de faible densité.

3. Une susceptibilité aux évènements catastrophiques accrue dans les zones de faible densité.

Il faut remarquer cependant que des espèces différentes présenteront à la base des densités différentes. Par exemple, les espèces à stratégie R ont d'ordinaire une densité de population élevée, tandis que les espèces à stratégie K peuvent présenter une densité de population plus faible. Une faible densité de population peut être associée avec une adaptation vers une spécialisation dans la localisation des partenaires reproductifs, comme des polinisateurs spécialisés tels qu'on en trouve dans la famille des orchidées.

Densité de population humaine

Pour les êtres humains, on définit la densité de population comme le nombre de personnes par unité de surface (qui peut inclure ou pas les eaux intérieures), bien qu'elle puisse également être exprimée par rapport aux terres habitables, habitées, arables (ou potentiellement arables) ou cultivées.

Elle est fréquemment exprimée en personnes par kilomètre carré ou par hectare et s'obtient simplement en divisant le nombre de personnes par la surface considérée mesurée en kilomètres carrés ou en hectares.

Dans la pratique, on peut calculer ceci pour une ville, une agglomération, un pays ou le monde entier.

À titre d'exemple, pour la plupart des pays européens de taille conséquente (intégrant de ce fait des zones denses et d'autres moins peuplées), la densité moyenne oscille entre 100 et 250 habitants par kilomètre carré (France : 109 hab./km², Allemagne : 233 hab./km², Royaume-Uni : 245 hab./km²). Un territoire très désertique a quant à lui une densité proche, voire inférieure à un habitant au kilomètre carré (Groenland : 0,03 hab./km², Sahara occidental : 1 hab./km²).

Pays et territoires très peuplés

Les pays ou territoires présentant les plus hautes densités de population sont :

Tous ces territoires partagent une surface relativement petite et un niveau d'urbanisation exceptionnellement élevé, avec une population urbaine économiquement spécialisée faisant appel à des ressources agricoles extérieures, ce qui illustre la différence entre une densité de population élevée et une surpopulation.

Concernant les États d'une certaine taille, le plus densément peuplé est le Bangladesh, où 134 millions de personnes vivent dans une zone hautement agricole autour de l'embouchure du Gange, avec une densité de population de plus de 900 habitants par km2. La densité de population sur l'ensemble des terres émergées est à l'heure actuelle de 42 habitants au km2.

Le cas des zones urbaines

Les agglomérations présentant une densité de population exceptionnellement haute sont souvent considérées comme surpeuplées, bien que ceci dépende de beaucoup de facteurs tels que la qualité des logements et des infrastructures ou l'accès aux ressources. Les villes les plus denses sont situées dans le sud et l'est de l'Asie, bien que Le Caire et Lagos en Afrique tombent également dans cette catégorie.

La population d'une ville dépend cependant fortement de la définition utilisée pour la zone urbaine : les densités sont plus élevées si on ne considère que le centre de la municipalité que si on compte également les banlieues — de développement plus récent et pas encore incorporées administrativement — comme dans les concepts d'agglomération ou de métropole, ce dernier incluant parfois des villes avoisinantes.

Voir aussi

Liste des pays par densité de population



This site support the Wikimedia Foundation. This Article originally from Wikipedia. All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License Page HistoryOriginal ArticleWikipedia