Page d'accueil rinnovamento.it en page d'accueil
Liste Articles: [0-A] [A-C] [C-F] [F-J] [J-M] [M-P] [P-S] [S-Z] | Liste Catégories | Une page au hasard | Pages liées

Esclavage


L'esclavage (du latin médieval sclavus < slavus) désigne la condition des personnes (appelées esclaves) qui sont juridiquement la propriété d'une autre personne.

Les esclaves sont tenus d'obéir à tous les ordres de leur maître depuis leur naissance (ou capture, ou passage à l'état d'esclave) jusqu'à leur mort (ou parfois leur libération, ou affranchissement).

Sommaire

Esclavage dans l'Antiquité

L'esclavage existait déjà à l'époque antique, et il n'est pas impossible qu'il ait même existé dans la préhistoire. Dans la pratique, les formes de domination d'un groupe d'hommes sur un autre forment un continuum qui n'a pas de bords bien tranchés.

À Sumer, si l'on n'en croit le livre L'histoire commence à Sumer, la condition d'esclave était assez souple : un esclave pouvait par exemple y épouser une femme libre, ou même posséder par ailleurs une petite entreprise.

Dans l'Antiquité gréco-latine, les esclaves étaient presque toujours des "Blancs". L'origine du mot esclave est le mot slave. On pouvait être réduit à l'esclavage pour dettes ou à la suite d'une razzia. Seuls les Égyptiens possédaient des esclaves noirs. À l'apogée de l'empire romain, Rome comptait environ 400 000 esclaves. Mais les sources d'approvisionnement se tarissent par la suite.

En latin, le terme se dit servus — d'où le serf médiéval — ou encore ancillus. Les révoltes d'esclaves de la Rome antiques sont qualifiées de révolte serviles ou révolte ancillaires. La plus célèbre fut celle menée par Spartacus en 73 av. J.-C.. Certains artistes de l'Antiquité, comme le fabuliste Ésope, étaient des esclaves affranchis. Térence était esclave, ce qui étonna Diderot. Le philosophe Epictète était également esclave.

Souvent, les personnes réduites en esclavage, ou maintenues dans cette condition d'esclave, appartiennent à des catégories distinctes parce qu'elles proviennent d'autres peuples conquis, ce qui se manisfeste souvent par une autre couleur de peau, d'autres langues, etc. Certaines personnes sont contraintes à devenir esclaves à cause de leur pauvreté extrême ou de leur endettement.

Esclavage au Moyen Âge

En Occident

Le mot Slave a donné celui d'esclave (slave en Anglais) car les peuples Slaves au Haut Moyen Âge n'étaient pas très organisés et il était facile pour les régions avoisinantes de s'y ravitailler en esclaves. De plus, il était difficile aux chrétiens de posséder d'autres chrétiens comme esclave, car selon le dogme chrétien, tous les hommes sont égaux dans l'Église. On trouve d'autres expressions de ce type : dans la région slave, les Slovènes et les Serbes continuent une appellation ancillaire, tandis qu'en Inde, le terme de Dāsa représentait autant un peuple conquis pré-indo-euréopéen qu'une caste, celle des esclaves.

Un des plus grands marchés aux esclaves était situé à Lyon, contrôlé par l'archevêque de Lyon, point d'échange entre les marchands d'Afrique du Nord, d'Europe du Nord et d'Europe de l'Est. Dans les années 780, Charlemagne combat les Saxons et réduit une partie de la population en esclavage : certains sont vendus sur le marché de Verdun et finissent au Maghreb ou en Orient. À noter qu'à l'époque mérovingienne plusieurs esclaves devinrent reine : la plus célèbre étant Frédégonde. Un esclave devint comte de Nantes. L'Allemagne des Xe-XIIIe siècles développa une classe de nobles esclaves, les ministériaux.

Dans le monde arabo-musulman

L'esclavage des Noirs existait dès les débuts de l'Islam, en Asie occidentale puis en Afrique du Nord ; il était alimenté par une traite musulmane qui se fournissait dans l'Afrique subsaharienne et orientale. Le Coran fait quelques allusions à l'esclavage  : dans la Sourate II, verset 178, sur la loi du Talion. Dans la Sourate IV sur les femmes (verset 3) :

« Et si vous craignez de n'être pas justes envers les orphelins... Il est permis d'épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent, mais, si vous craignez de n'être pas justes avec celles-ci, alors une seule, ou des esclaves que vous possédez. Cela afin de ne pas faire d'injustice (ou afin de ne pas aggraver votre charge de famille). »

Dans la Sourate IV, verset 92 :

« Il n'appartient pas à un croyant de tuer un autre croyant, si ce n'est par erreur. Quiconque tue par erreur un croyant, qu'il affranchisse alors un esclave croyant et remette à sa famille le prix du sang, à moins que celle-ci n'y renonce par charité. Mais si [le tué] appartenait à un peuple ennemi à vous et qu'il soit croyant, qu'on affranchisse alors un esclave croyant. S'il appartenait à un peuple auquel vous êtes liés par un pacte, qu'on verse alors à sa famille le prix du sang et qu'on affranchisse un esclave croyant. Celui qui n'en trouve pas les moyens, qu'il jeûne deux mois d'affilée pour être pardonné par Allah. Allah est Omniscient et Sage. »

Sourate 23, versets 1 à 6

Bienheureux sont certes les croyants, ceux qui sont humbles dans leur Salat, qui se détournent des futilités, qui s'acquittent de la Zakat, et qui préservent leurs sexes [de tout rapport], si ce n'est qu'avec leurs épouses ou les esclaves qu'ils possèdent, car là vraiment, on ne peut les blâmer

Le Coran semble accepter l'esclavage, tout en limitant les exactions des maîtres. Nul doute que Mahomet possédait lui-même plusieurs esclaves. Il est impossible d'avancer un chiffre certain pour évaluer le nombre d'esclaves en terre d'Islam autrefois. Les besoins en esclaves étaient cependant important pour plusieurs raisons : dans l'Orient musulman du Moyen Âge, les esclaves ne fondaient pas de famille. Beaucoup étaient castrés (eunuques) et les femmes ne pouvaient pas se marier). La mortalité des captifs étaient également importante, en particulier dans les mines. Les maîtres devaient donc renouveler constamment leur cheptel humain.

Pendant les premiers siècles de l'Islam, la guerre permettait de réduire en esclavage les vaincus et de rafler une partie des captifs. Les raids musulmans font des prisonniers dans l'empire byzantin. Aux IXe et Xe siècles, les pirates sarrasins lancent des expéditions dans le bassin occidental méditerranéen et remportent avec eux des captifs. En 846, les pirates sarrasins dévastent Rome et emportent avec eux des captifs. En 997, al-Mansur détruit la Galice et réduit une partie de la population en esclavage. Une autre expédition, maritime celle-là, prit de nombreux prisonniers à Lisbonne en 1185. Les marchands égyptiens vont chercher des "Slaves" dans les ports italiens ; d'autres passent par des convoyeurs russes ou bulgares qui leur procurent hommes et femmes.


L'Égypte a été dirigée par une caste d'esclaves-soldats, les Mamelouks. Les Ottomans ont créé des unités d'élites avec des esclaves occidentaux, les janissaires, de yeni çeri, « nouvelle armée ». Dès le Moyen Âge, ses esclaves étaient entrainés très jeunes.

L'Inde a connu une dynastie des esclaves fondée par Qutb ud-Din Aibak en 1206 et qui garda le pouvoir sur la vallée du Gange jusqu'en 1290.

Voir l'article détaillé l'esclavage en terre d'islam

Esclavage moderne

= XVe et XVIe siècles

Les Turcs ottomans lançaient régulièrement des attaques sur les côtes espagnoles et italiennes et ramenaient des esclaves.

Au Paraguay, les Jésuites au travers du système des réductions s'opposeront aux esclavagistes occidentaux.

Les bulles pontificales Sublimus Dei (29 mai 1537)et Veritas ipsa du pape Paul III (2 juin 1537) condamnent l'esclavage des indiens ainsi que « toute mise en doute de la pleine humanité de ceux-ci ».

1550 : Controverse de Valladolid opposant le dominicain Bartolomé de Las Casas qui défend la cause des Indiens au philosophe Sépulvéda qui conteste leur caractère humain.

XVIIe siècle

En 1685, Louis XIV, roi de France, promulga le « Code noir », réglementant le traitement des esclaves et des marrons dans les Antilles françaises. Sur les galères du roi soleil, les chiourmes (esclaves enchaînés sur les bancs) venaient d'Afrique du Nord. Les musulmans vendaient leurs prisonniers chrétiens comme esclaves.

Siècle des Lumières

La Convention supprime l'esclavage. Napoléon le rétablira.

La révolution française et l'esclavage

De 1791 à 1803, les esclaves de la colonie française de Saint-Domingue se sont rebellés contre l'esclavage en détruisant les plantations coloniales et sous la direction de François Dominique Toussaint Louverture et ensuite de Jean Jaques Dessalines, tous deux anciens esclaves, ils ont réussi la première révolution anti-esclavagiste du continent américain et ont créé en 1804, la République d'Haiti, le deuxième État indépendant du continent, après les États-Unis.

Estampe représentant un soldat et son esclave, Afrique équatoriale, dans les années 1830
Agrandir
Estampe représentant un soldat et son esclave, Afrique équatoriale, dans les années 1830

XIXe siècle

Il est à noter qu'en Côte d'Ivoire était désigné aussi au XIXe siècle sous le nom d'esclavage un statut très différent : l'esclave, racheté par une famille riche à une autre plus pauvre, travaillait, se nourrissait et dormait avec les enfants de la maison; mais, à la différence de ces derniers, il n'héritait pas.Ce statut est voisin de celui des travailleurs agricoles au pair tel qu'il exista en France jusqu'au milieu du XXe siècle.

Mouvements d'abolition

L'esclavage fut aboli en 1792 au Danemark, en 1833 au Royaume-Uni, en 1848 en France (voir Victor Schoelcher, décret), et en 1865 dans tous les États des États-Unis. Au États-Unis, la question de l'esclavage, en partie révélée par l'ouvrage La Case de l'Oncle Tom conduisit Abraham Lincoln à promettre son abolition s'il était élu. Son élection conduisit donc les États du Sud à demander la Sécession. Celle-ci leur fut refusée (elle aurait en effet privé les caisses fédérales de l'essentiel de ses impôts), conduisant à la guerre.

En 1821, l'État du [Libéria] est fondé en Afrique de l'ouest par une société américaine de colonisation pour y installer des noirs libérés. En 1847, le Libéria est un des premiers pays africain indépendant.

En France, la Convention, poussée par l'abbé Grégoire, avait aboli l'esclavage le 4 février 1794, mais Napoléon Bonaparte ll'avait rétabli dans les colonies en 1802, à la demande de son épouse, Joséphine de Beauharnais, béké de Martinique, et des colons désireux de remettre sur les rails une économie défaillante (loi du 30 floréal an X, soit le 20 mai 1802). Les mariages mixtes redevinrent interdits par la même occasion.

La volonté affirmée d'Abraham Lincoln d'abolir l'esclavage aux États-Unis se traduira par la sécession des États du Sud, incitant Lincoln à déclarer la Guerre de Sécession, qui sera la plus meutrière de toute l'histoire de ce pays.


Chronologie des abolitions : 1823 : Chili 1826 : Bolivie 1829 : Mexique 1833-1838 : West Indies 1846-1848 : îles vierges danoises 1847 : Saint-Barthélémy 1848 : colonies françaises 1851 : Colombie 1853 : Argentine 1854 : Venezuela 1855 : Pérou 1863-1865 : États-Unis 1873 : Puerto Rico 1876 : Turquie 1886 : Cuba 1888 : dernières mesures d'abolition au Brésil 1926 : Convention internationale sur l'esclavage

Commerce triangulaire

Partout où il fut utilisé, l'esclavage fut accompagné d'un commerce fructueux. Ainsi pendant la colonisation de l'Amérique par les Européens, s'établit ce qu'on appela le « commerce triangulaire ». Des navires partaient d'Europe avec divers articles de pacotille destinés au troc, ils se rendaient en Afrique où ils échangeaient leur marchandise contre des hommes, ils transportaient ceux-ci dans les colonies d'Amérique pour qu'ils travaillent comme esclaves à l'exploitation des ressources, et ils retournaient vers l'Europe chargés des produits de cette exploitation. Ces marchands étaient généralement appelés des négriers.

Voltaire possédait des actions de compagnies de commerce triangulaire, mais il n'est pas établi qu'il ait connu le détail de leurs pratiques. Un nom comme Compagnie des Indes n'éveille pas a priori le soupçon sur de sinistres acivités.

justifications de l'esclavage

Montesquieu, extraits de l'esprit des lois, 15,1 et 15,7

L'esclavage civil n'est pas bon par sa nature mais dans les pays despotiques où l'on est déjà dans l'esclavage politique, il est plus tolérable qu'ailleurs. Il y a des pays où la chaleur énerve le corps et affaiblit si fort le courage, que les hommes ne sont portés à un devoir pénible que par la crainte du châtiment : l'esclavage y choque moins la raison. Mais comme tous les hommes naissent égaux, il faut dire que l'esclavage est contre nature, quoique dans certains pays il soit fondé sur une raison naturelle et il faut bien distinguer ces pays d'avec ceux où les raisons naturelles elles-mêmes les rejettent, comme les pays d'Europe où il a été si heureusement aboli.

Esclavage contemporain

Malgré l'abolition officielle,

Des lois réprouvent le proxénétisme, mais la prostitution est cependant autorisée dans nombre de pays, conformément à la déclaration des droits de l'Homme autorisant chacun à faire ce qu'il veut de sa personne tant que cela ne trouble pas l'ordre public.

En 2000, l'UNICEF estimait que 200 000 enfants étaient retenus en esclavage en Afrique centrale et occidentale. D'après l'Organisation Internationale des Migrations (OIM) quelque 200 000 femmes et enfants sont victimes de l'esclavage.

Bibliographie

Jacques HEERS, Les négriers en terre d'islam, Paris, Perrin, 2003, ISBN 2262018502

Olivier Pétré-Grenouilleau, La Traite des noirs, Que sais-je?, ASIN 2130484158

Raymond-Marin Lemesle, Le commerce colonial triangulaire, XVIIIe-XIXe siècles, Presses Universitaires de France, 1998, Que sais-je?, ISBN 2130493408

Jean Meyer, Esclaves et Négriers, Gallimard, 1986, Decouverte Gallimard, ISBN 2070530183

Christian Delacampagne, Une histoire de l'esclavage, Le Livre De Poche, 2002, ISBN 2253905933

Voir aussi




This site support the Wikimedia Foundation. This Article originally from Wikipedia. All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License Page HistoryOriginal ArticleWikipedia