Page d'accueil rinnovamento.it en page d'accueil
Liste Articles: [0-A] [A-C] [C-F] [F-J] [J-M] [M-P] [P-S] [S-Z] | Liste Catégories | Une page au hasard | Pages liées

Exode rural

L'exode rural est le terme utilisé pour décrire le phénomène par lequel les populations, surtout les jeunes en âge de fonder une famille, quittent la campagne pour aller s'installer dans les villes. Plusieurs causes expliquent ce phénomène : l'industrialisation, le chômage rural, ou, plus souvent, le sous-emploi rural fréquent au XIXe siècle et au début du XXe, l'attrait de la vie urbaine et le peu d'envie des jeunes de rester dans un petit village dépourvu de services et de commodités.

En France, l'exode rural fut plus tardif que dans les autres pays industrialisés, par exemple l'Allemagne ou l'Angleterre, où il était déjà largement entamé dès le début du XIXe siècle. Il a commencé en France au milieu du XIXe siècle, avec de fortes disparités régionales. L'exode rural était parfois saisonnier, comme pour les Creusois qui venaient s'engager comme maçons à Paris, ou permanent dans la plupart des cas. Il touchait principalement les hommes jeunes qui venaient travailler dans l'industrie, mais aussi les jeunes femmes, ainsi les Bretonnes qui ont fourni des générations de bonnes à tout faire à la petite bourgeoisie urbaine. Il a constitué un des apports de main-d'œuvre nécessaire à la grande industrie, l'autre apport étant dû à l'immigration, italienne, polonaise, puis plus tard maghrébine. L'exode rural n'a pas seulement contribué à peupler les villes françaises, il a aussi nourri des courants d'émigration, tels les Barcelonettes, qui sont allés s'installer en Amérique du Sud, ou les Ariégeois qui sont partis en Afrique du Nord, au début du XXe siècle.

En France, le dernier mouvement d'exode rural a commencé après 1945. Ce dernier courant a contribué à l'exode rural des régions de l'Ouest (Vendée, Anjou, Bretagne), qui avaient réussi à garder plus longtemps leurs populations, par l'effet conjugué de structures familiales très encadrées par l'Église, et d'une agriculture vivrière très autarcique.

D'après l'Insee, l'exode rural s'est grosso-modo terminé en France en 1975. Depuis cette date, le solde migratoire campagne/ville s'est stabilisé, voire depuis le début des années 1990 s'est inversé aux alentours des grandes régions urbanisées. On parle maintenant de rurbanisation : des citadins s'installent à la campagne, mais gardent un mode de vie urbain, un travail en ville. Ce phénomène produit un «mitage» du paysage par un bâti parsemé, ou au mieux réparti en lotissements.




This site support the Wikimedia Foundation. This Article originally from Wikipedia. All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License Page HistoryOriginal ArticleWikipedia