Page d'accueil rinnovamento.it en page d'accueil
Liste Articles: [0-A] [A-C] [C-F] [F-J] [J-M] [M-P] [P-S] [S-Z] | Liste Catégories | Une page au hasard | Pages liées

Gaule


Cet article fait partie de la
série Histoire de France
Gaule
Francs
Moyen Âge
Renaissance
Grand Siècle
Siècle des Lumières
Révolution française
Consulat et Ier Empire
Restauration
Deuxième République
Second Empire
Troisième République
Régime de Vichy
France depuis 1945


Sommaire

Origine

La Gaule (ou les Gaules, du latin gallia) est le nom donné anciennement aux territoires occupés par les Gaulois, qui comprenaient la France actuelle, la Belgique et le nord de l'Italie (Gaule cisalpine).

Jusqu'à la conquête romaine, de -58 à -51, il ne recouvre aucune notion d'unité politique ou territoriale, mais plutôt une aire culturelle et peut-être économique à l'intérieur de laquelle de fortes disparités devaient toutefois exister, ainsi que le prouve l'archéologie. À contrario, la Celtique désigne - pour les archéologues - l'ensemble des territoires peuplés par les Celtes au deuxième Âge du fer.

De même le terme Gaulois, désignant les habitants de ce territoire, couvre de nombreux peuples et une multitude d'entités politiques jusqu'à la conquête romaine.

Continuité et ruptures

Après la conquête de la Gaule, les deux termes (Gaule et Gaulois) restèrent en usage pour désigner les provinces romaines s'étendant sur ces territoires et leurs habitants de culture gallo-romaine (que l'archéologie et l'historiographie désigne également sous le nom de Gallo-romains).


Cet article fait partie de la
série Gaule
Gaulois et Peuples gaulois
Gaule romaine
Gaule belgique
Gaule aquitaine
Gaule lyonnaise
Gaule Narbonnaise
Gaule cisalpine et transalpine


La romanisation, rapide chez les élites, semble avoir pris plus longtemps dans le peuple. Ainsi, au Ve siècle, une graphie et une prononciation gauloises du Latin, probablement archaïques, sont attestées chez plusieurs auteurs de poésie ou transcripteurs de farces populaires.

De même, la Gaule semble avoir été germanisée très lentement. D'abord sur ses franges par le repeuplement de régions sinistrées par les crises et les épidémies, souvent à but défensif. Ainsi, si une invasion massive de Francs, Alamans et Saxons a lieu en 406, les établissements durables dans l'Empire ont lieu tout au long du Ve siècle.

La date symbolique de la chute de l'Empire romain d'occident en 476 et le baptème de Clovis Ier, roi des Francs vers 486 ont lieu à une époque où Francs, Burgondes et Wisigoths ont fait souche et détiennent le monopole de la chose militaire.

Cependant, les familles de l'aristocratie gallo-romaine continuent à tenir le pouvoir politique dans les cités épiscopales : ce sont les patrices ou les évêques qui dirigent les populations. Ainsi, une nouvelle culture est entrain de naître, qui préfigure le Moyen Âge. Dans le même temps, les permanences sont nombreuses, ce qui assure une relative stabilité des cadres de vie au VIe siècle et au VIIe siècle. À cette dernière époque, temps de crise, les patronymes germaniques se multiplient tandis que les centres commerciaux se déplacent vers le nord et que se rompent les équilibres du monde antique.

En définitive, l'usage des termes Gaule et gaulois se conserve jusqu'à la fin de l'époque mérovingienne, du moins à l'écrit (les documents de cette période étant empreints d'archaïsmes en raison du recul de la culture latine). C'est à l'époque carolingienne, par analogie avec le royaume des Francs (regnum francorum), que le terme de Francie (Francia (occidentalis) se répand pour désigner les territoires équivalents à l'ancienne Gaule romaine.

Les habitants

À l’origine, les Celtes, ou encore leurs prédecesseurs ont pu peupler l’Europe centrale et l’Europe orientale. Vers -500, ils auraient commencé à émigrer vers l’ouest pour constituer, deux cents ans plus tard, une partie importante de la population des régions de la Gaule.

Les habitants de la Gaule protohistorique parlaient le gaulois et plusieurs de ses dialectes. Le Gaulois est une langue du groupe celtique de la famille des langues indo-européennes, proche du gallois actuel sur ce plan.

La thèse d'une invasion celtique qui aurait placé sous sa coupe les populations indigènes telles que les Ligures du sud-est, n'a toutefois plus court aujourd'hui. Il est, en effet, très difficile d'associer les changements sociaux et techniques qui caractérisent la naissance de la civilisation celtique de La Tène à des changements ethniques. Aussi, il est plus probable que le peuplement de la Gaule était, pour la majorité, hérité des brassages millénaires des peuples durant la Préhistoire.

Des nombreux peuples et fédérations de peuples présents en Gaule à la veille de la conquête romaine, il reste des limites géographiques (limites des terroirs, sans doute antérieures à la période celtique pour la plupart) et un substrat linguistique qui fait que le nom de certaines populations gauloises désigne encore à l'heure actuelle les habitants de villes françaises.

Par exemple, les Allobroges sont les habitants de Grenoble ou les Auvergnats, les habitants du territoire arverne.

Les villes célèbres

Voir également Gaule romaine

Articles connexes

Gaule romaine, Gaule cisalpine, Gaule transalpine, Gaule chevelue, Gaule belgique, Gaule aquitaine, Gaule lyonnaise, Religion gauloise, Celtes
gaulois, peuple gaulois, Guerre des Gaules, De Bello Gallico


Précédé par :
Préhistoire française
Histoire de France Lui succède :
Francs


This site support the Wikimedia Foundation. This Article originally from Wikipedia. All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License Page HistoryOriginal ArticleWikipedia