Page d'accueil rinnovamento.it en page d'accueil
Liste Articles: [0-A] [A-C] [C-F] [F-J] [J-M] [M-P] [P-S] [S-Z] | Liste Catégories | Une page au hasard | Pages liées

Jacques Cartier

Jacques Cartier
Agrandir
Jacques Cartier

Jacques Cartier (31 décembre 1491, Saint-Malo France - 19 janvier 1557) est le premier explorateur français du Canada.

Le début de sa vie est mal connu. Il épouse en 1520 Catherine, la fille de Jacques des Granches, le connétable de Saint-Malo, un mariage qui améliore grandement sa condition sociale. Certains historiens avancent qu'il aurait pu se rendre à Terre-Neuve accompagnant une campagne de pêche, car la région était connu des pêcheurs bretons. D'autres imaginent, se basant sur sa connaissance du portugais- il servira à plusieurs occasions d'interprète lors de sa retraite - et sur les fréquentes comparaisons dans ses mémoires de voyage entre les amérindiens canadiens et brésiliens, qu'il aurait pu naviguer avec Giovanni da Verrazzano à l'occasion de l'un de ses voyages d'exploration de la côte brésilienne. En 1532, il est présenté à François Ier par Jean Le Veneur, abbé du Mont-Saint-Michel. Bientôt, le roi le choisit afin de trouver « certaines îles et pays où l'on dit qu'il se doit trouver grande quantité d'or et autres riches choses ». Il effectue trois voyages vers l'Amérique du Nord entre 1534 et 1542, espérant trouver un passage du Nord-Ouest pour l'Asie.

Le premier voyage

Lors du premier voyage en 1534, qui compte deux nefs, le Triton et le Goéland, il explore minutieusement le golfe du Saint-Laurent et, le 23 juillet, met pied à terre, plante une croix de trente pieds et revendique la baie de Gaspé pour la France. Là, il rencontre des Iroquois venus sur les rives du fleuve en campagne de pêche et qui l'accueille chaleureusement. Il attire les deux fils du chef Donnacona, Domagaya et Taignoagny, avec des présents et les emmène en France plus ou moins contre leur gré.

Le second voyage

Le second voyage a lieu en 1535-1536, l'expédition compte trois navires, la Petite Hermine, l'Emerillon et la Grande Hermine, la nef de Cartier et quinze mois de vivres ont été prévus. Les deux amérindiens sont du voyage et parlent maintenant français. Il remonte alors le cours du Saint-Laurent, découvre qu'il navigue sur un fleuve lorsque l'eau devient douce. Le 7 septembre, devant Stadaconé, on retrouve Donnacona. Le chef essaie de dissuader les Français de remonter le fleuve plus avant, il veut s'assurer du monopole du commerce. Cartier refuse, libère les fils du chef, il fera sans interprète. Une partie des hommes restent et installent un campement, c'est l'origine de la ville de Québec. Cartier continue à remonter le fleuve sur l'Emerillon, mais bientôt son tirant d'eau lui interdit de poursuivre au-delà du lac Saint-Pierre.

On continue en chaloupes et bientôt cartier arrive au devant d'un village iroquois, Hochelaga au pied du mont Royal, l'emplacement de la future Montréal. La bourgade est entourée d'un rempart de bois circulaire, ouvert d'une seule porte d'accès et compte une cinquantaine de maisons communautaires. Le chef du village affirme que l'on peut continuer à remonter le fleuve vers l'ouest durant trois lunes et qu'une rivière, l'Ottawa, se dirige vers le nord et pénètre dans un pays où on trouve de l'or. Après cette visite d'un jour, les Français rebroussent chemin et retournent à Stadaconé où se trouve maintenant le fort Sainte-Croix.

Les rapports avec les Iroquois sont bons, malgré quelques disputes sans gravité, qui ne dégénèrent jamais en violence. Cartier découvre cependant les premiers scalps dans la maison de Donnacona. Il y goûte aussi le tabac qu'il n'apprécie guère. L'hiver canadien arrive et surprend les Français, le fleuve gèle et emprisonne les navires. Les hommes souffrent du scorbut, les Iroquois sont frappés aussi, des Français meurent tandis que les amérindiens s'en tirent beaucoup mieux. Cartier, épargné, découvre que les Iroquois se soignent avec une préparation de feuilles de cèdre blanc. Il applique le traitement à ses homme et bientôt les guérisons se multiplient. En avril, Cartier s'empare de Donnacona, de ses deux fils et de sept autres Iroquois, puis profitant du dégel, met le cap sur la France, abandonnant la Petite Hermine hors d'usage. Il retourne à Saint-Malo en juillet 1536 croyant avoir exploré la partie de la côte orientale de l'Asie.

Le troisième voyage

Donnacona qui a compris ce que cherchent les Français, de l'or, des gemmes, des épices, leur fait la description qu'ils veulent entendre, celle du riche royaume de Saguenay, et François Ier, bien qu'occupé par les menaces de Charles Quint, se laisse décider à monter une troisième expédition exploratoire, la colonisation n'étant pas à l'ordre du jour

Puis la stratégie change subitement. L'organisation de l'expédition est confiée à Jean-François de la Rocque de Roberval, un homme de cour, ce que Cartier n'est pas. Il ne sera cette fois que le second de Roberval. La colonisation et la propagation de la foi chrétienne deviennent les deux objectifs. Donnacona meurt vers 1539, comme d'autres Iroquois, les autres se sont mariés, aucun ne retournera au Canada. On prépare l'expédition, arme cinq navires, embarque du bétail, libèrent des prisonniers pour en faire des colons. Roberval, homme de cour, prend du retard dans l'organisation et Cartier s'impatiente puis décide de s'engager sur l'océan sans attendre. Après une traversée calamiteuse, il arrive enfin sur le site de Stadaconé en août 1541 après trois ans d'absence. Les retrouvailles sont chaleureuses malgré l'annonce du décès de Donnacona, puis les rapports se dégradent et Cartier décident de s'installer ailleurs.

Il fait édifier le fort de Charlesbourg-Royal au confluent du Saint-Laurent et la rivière du Cap Rouge pour préparer la colonisation. Bientôt, l'hiver arrive et Roberval est toujours invisible avec le reste de l'expédition. En attendant, il accumule l'or et les diamants qu'il négocie avec les Hurons qui disent les avoir ramassé près du camp. En 1542, il lève le camp, retrouve Roberval à Terre-Neuve. Malgré le commandement de ce dernier à rebrousser chemin et retourner sur le Saint-Laurent, Cartier met le cap de nuit vers la France, pour ne pas partager son trésor et sa source.

Aussitôt arrivé, il le fait expertiser et apprend qu'il ne rapporte que de la pyrite et du quartz sans valeur. Sa mésaventure sera à l'origine de l'expression « faux comme des diamants du Canada ».

Déçu, il se retire dans son manoir de Limoilou, près de Saint-Malo, considéré comme un sage on le consulte parfois et on met à profit ses connaissances du portugais. Il succombe de la peste qui frappe la ville en 1557.



This site support the Wikimedia Foundation. This Article originally from Wikipedia. All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License Page HistoryOriginal ArticleWikipedia